REVUE DE PRESSE DU 16 AU 22 JUILLET 2016

 

Capture22072016

Capture220720161

Capture220720162

Capture220720163

Capture220720164

Capture210720161 Capture210720160 Capture210720162

Alliance : «Les policiers audois sont fatigués»

Sécurité – Sécurité publique

policea

Cinq jours après l’attentat de Nice, le syndicat Alliance Police Nationale fait entendre une voix à l’unisson de la classe politique et des Français qui critiquent sévèrement l’organisation de la sécurité publique sur le territoire national. Dans un communiqué à la presse hier, le bureau départemental de l’Aude écrit : «Après 18 mois d’État d’urgence, 4 mois de mouvements sociaux d’ampleurs et un mois de renfort Euro à toulouse, les policiers audois sont fatigués».

Dans le contexte particulier faisant dire au Premier Ministre que «la France est entrée en guerre» contre le terrorisme, Alliance énumère les événements qui se sont succédé dans le département depuis le début de l’été et qui se poursuivront jusqu’à la fin août, citant : la visite ministérielle du 8 juillet, l’étape du Tour de France le 13 juillet, le feu d’artifice le 14 juillet, la féria, le festival narbonnais «Barques en scène». Ce texte n’oublie pas de mentionner l’attraction touristique suscitée par la Cité de Carcassonne, et l’arrestation à deux reprises en juin d’individus soupçonnés dans le cadre d’affaire liées au terrorisme. Cet enchaînement de faits et d’obligations sécuritaires pousse ces représentants syndicaux à écrire : «De même la conséquence de ces mobilisations massives d’effectifs départementaux est l’abandon d’une partie des missions quotidiennes de la Police. Ainsi le week-end du 16 et 17 juillet, pendant de nombreuses heures, il n’y avant sur Carcassonne qu’une patrouille de Police Secours, composée seulement d’un policier et d’un réserviste ou d’un Cadet de la République. Pire encore, lors d’une présentation à magistrat, plus une seule patrouille n’était sur le terrain !».

La situation serait à ce point tendue dans les rangs du commissariat carcassonnais que le syndicat Alliance demande le recours à la réserve civile et à des sociétés de sécurité privées pour les événements culturels et sportifs. Ceci afin de permettre à la Police Nationale de se concentrer sur son cœur de métier.

La Dépêche du Midi

Réhabilitation : l’école Jaurès en exemple

Éducation – Centre-ville Repères

jjeaures

L’école Jean-Jaurès, incontournable dans le paysage carcassonnais, fait peau neuve. D’importants travaux y sont réalisés pour réhabiliter le bâtiment et le convertir au numérique.

Bienvenue «à l’école de la République du XXIe siècle», lance l’inspectrice académique, Claudie François-Gallin, pour débuter la visite des travaux de réhabilitation du groupe scolaire Jean-Jaurès. Ouverte en 1928, l’école a besoin d’être rénovée. L’occasion de la transformer en école numérique. Tablettes, desserte numérique, tableaux connectés seront bientôt à disposition des élèves. Les travaux, qui débutent, vont s’échelonner jusqu’en 2019. Pour la rentrée de septembre, deux nouvelles salles de classe et un réfectoire seront prêts. Il va falloir du temps avant de métamorphoser le lieu. Mais, «qu’on le veuille ou non, l’école du XXIe siècle sera numérique», insiste Mme François-Gallin. Il faut donc s’adapter en termes de technologie, d’accessibilité, mais aussi en créant des classes plus petites, vectrices d’émulation. L’école qu’a fréquentée le maire Gérard Larrat ne sera plus la même : «C’est dans cette salle que j’ai passé mon certificat de scolarité», dit-il en plaisantant.

Un projet structurant

La mairie souhaite faire de Jean-Jaurès une école exemplaire. Les moyens déployés pour y parvenir, 2,3 millions d’euros, en témoignent. Mais la municipalité n’est pas seule dans ce projet. L’État finance en grande partie les travaux, et la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) participe également, Jean-Jaurès étant classé aux bâtiments de France. «Il est vrai que cela fait des années qu’il n’y a pas eu d’investissements de l’État à Carcassonne», reconnaît le préfet de l’Aude Jean-Marc Sabathé. «C’est un projet structurant, qui apporte à la vie collective. L’attractivité nouvelle de l’Aude doit être soutenue». L’aide de l’État ne se cantonne pas à Jean-Jaurès et va permettre de réaliser des travaux de moindre ampleur dans huit autres écoles carcassonnaises.

Reconquérir le centre-ville

Au-delà des travaux de modernisation, le maire et le préfet inscrivent ce projet dans un cadre plus large. Celui de la reconquête de la Bastide Saint-Louis. Les travaux à Jean-Jaurès font partie des projets importants portés par la ville pour rénover son centre. «Jean-Jaurès est un symbole de mixité sociale entre le quartier de la Bastide et le quartier du Palais, réputé plus riche. L’école est située entre les deux», explique le maire, suivi dans ses idées par le préfet : «L’école est un levier de mixité sociale». Avec Jean-Jaurès 2.0, «les parents vont être contents», assure l’inspectrice académique.

Gérard larrat : «il faut reconquérir la bastide»

Qui dit reconquête dit perte à un moment donné. Gérard Larrat, maire de Carcassonne, ne s’en cache pas : «On a perdu la Bastide. Par manque de volontarisme, par oubli, il faut la reconquérir !», lance-t-il à l’occasion de la visite des travaux de l’école Jean-Jaurès. Cette réhabilitation s’inscrit dans un projet plus général de transformation du centre-ville de la préfecture de l’Aude. «L’entrée de la ville par la gare va changer. Nous avons refait le square Gambetta et nous allons nous attaquer maintenant au square André Chénier et à l’avenue Joffre, qui va devenir une esplanade d’entrée dans la Bastide. La place Davilla est aussi concernée par ces grands travaux», précise le maire, soutenu dans ces projets par l’État. Le préfet Sabathé a reconnu, lors de la visite, le manque d’investissements pour Carcassonne. Il faut que cela change et les premiers travaux de Jean-Jaurès doivent être, pour lui, un exemple de réhabilitation et de vivre-ensemble : «La mixité sociale doit émerger dans cette ville habituée à l’entre-soi», pointe-t-il en ligne de mire.

Le chiffre : 2,3

millions d’euros > Pour l’école Jean-Jaurès. C’est le coût des importants travaux de réhabilitation. L’État apporte son soutien à la ville, qui ne payera qu’un quart du coût total

Capture20072016 Capture200720161 Capture200720162 Capture200720163 Capture200720164 Capture200720165

Capture17072016 Capture170720161 Capture170720162 Capture170720163

pharell

Capture18072016 Capture180720161

hommes de la fajeolle

Capture180720162 Capture180720163

ouvreuses

Capture180720164 Capture19072016 Capture190720161 Capture190720162 Capture190720163 Capture190720164

Capture160720161 Capture160720162

LES CEREMONIES DU 14 JUILLET 2016

C’est sur le pont neuf cette année, que les cérémonies traditionnelles de la fête nationale se sont déroulées devant une foule nombreuse malgré un temps frisquet et un vent qui en l’absence du soleil glaçait les os.

Le reportage en Image de ces cérémonies.

 

Neuf heures ce matin 14° sur le pont neuf, le début de la mise en place

Neuf heures ce matin 14° sur le pont neuf, le début de la mise en place

Un brin de causette avec le conseiller Départemental et Mme la Sénatrice

Un brin de causette avec le conseiller Départemental et Mme la Sénatrice

Répétition pour les Récipiendaires

Répétition pour les Récipiendaires

Les portes drapeaux ...

Les portes drapeaux …

l'Union nationale de Parachutistes

l’Union nationale de Parachutistes

Nos élues et élus du conseil municipal.

Nos élues et élus du conseil municipal.

Tout est prêt pour commencer les cérémonies

Revue des troupes...

Revue des troupes…

Salut au drapeau et à sa garde

Salut au drapeau et à sa garde

Les Autorités civiles et militaires viennent saluer le drapeau du troisième RPIMA

Les Autorités civiles et militaires viennent saluer le drapeau du troisième RPIMA

Le temps d'une marseillaise

Le temps d’une marseillaise

Monsieur le Délégué militaire départemental, était le militaire le plus haut gradé de la cérémonie, le colonel Jean Michel RICO "préside" les cérémonies et la prise d'armes.

Monsieur le Délégué militaire départemental, était le militaire le plus haut gradé de la cérémonie, le colonel Jean Michel RICO passe les troupes en revue.

Vient le moment des remises de décorations

Vient le moment des remises de décorations

Le capitaine HAVE fabien reçoit la médaille de chevalier de la Légion d'Honneur

Le capitaine HAVE fabien reçoit la médaille de chevalier de la Légion d’Honneur

De même pour Monsieur Lucien VERES et...

De même pour Monsieur Lucien VERES et…

Monsieur rivière Norbert.

Monsieur rivière Norbert.

Chaque année, environ 3 000 personnes sont distinguées par la Légion d’honneur. Fondée par Napoléon Bonaparte en 1802, la Légion d’honneur est la plus élevée des distinctions nationales françaises. Elle compte aujourd’hui environ 93 000 membres, un chiffre stable depuis dix ans

Monsieur Didier Anglezy a été fait officier dans l'ordre national du mérite

Monsieur Didier Anglezy a été fait officier dans l’ordre national du mérite

Le Major Alain Méré...

Le Major Alain Méré…

et Monsieur Claude Passet ont reçu la Médaille Militaire

et Monsieur Claude Passet ont reçu la Médaille Militaire

l'Adjudant Chef guillaume Coelho

l’Adjudant Chef guillaume Coelho

le Caporal Chef Claude Caceres...

le Caporal Chef Claude Caceres…

et le 1er Classe Christophe Beaujard ont reçu la croix de combattant

et le 1er Classe Christophe Beaujard ont reçu la croix de combattant

cette remise de médailles s'est déroulée face aux autorités

cette remise de médailles s’est déroulée face aux autorités

puis ce fut le temps du défilé des troupes à pied st motorisées

en attendant le défilé …

en tête du défilé le drapeau du Trois

en tête du défilé le drapeau du Trois

suivi d'une compagnie des militaires du régiments

suivi d’une compagnie des militaires du régiment

des détachements de la marine,..

des détachements de la marine,..

et des militaires de la base de défense

et des militaires de la base de défense

Après les troupes à pied, la gendarmerie Nationale,

Après les troupes à pied, la gendarmerie Nationale,

la croix rouge,

la croix rouge,

devant une foule dense qui a beaucoup applaudi les militaires

devant une foule dense qui a beaucoup applaudi les militaires

et les Sapeurs Pompiers de l'Aude

et les Sapeurs Pompiers de l’Aude

et leur matériel, sapeurs pompiers dont une grosse partie des effectifs prévus pour les cérémonies étaient mobilisés sur les feux de l'Est du département

et leur matériel, sapeurs pompiers dont une grosse partie des effectifs prévus pour les cérémonies étaient mobilisés sur les feux de l’Est du département.

A la fin de la cérémonie, la population et les participants étaient conviés à un vin d’honneur servi sur le square Gambetta.

 

 

 

 

LA FAJEOLLE : UN SACRE CHANTIER !!

Quelques photos pour se rendre compte du travail effectué en partie par les équipes du Pole Culturel et des Services Techniques de la mairie.

Quelques hectares de Parkings aménagés pour des centaines de voitures

Quelques hectares de Parkings aménagés pour des centaines de voitures

 

Une scène gigantesque en cours de montage

Une scène gigantesque en cours de montage

Le transpalette est l'outil de manutention indispensable

Le transpalette est l’outil de manutention indispensable

Le site coté scène dans son ensemble

Le site coté scène dans son ensemble

L'aménagement arrière

L’aménagement arrière

Des hommes sont derrières tout cela

Des hommes sont derrières tout cela

Aujourd'hui on s'occupait des lumières

Aujourd’hui on s’occupait des lumières

Les buvettes sont prêtes

Les buvettes sont prêtes

REVUE DE PRESSE DU 9 AU 15 JUILLET 2016

Capture15072016 Capture150720162

Capture150720167

Capture150720163 Capture150720164 Capture150720165 Capture150720166

Capture14072016 Capture140720161 Capture140720162 Capture140720163

Capture13072016 Capture130720161 Capture130720162 Capture130720163 Capture130720164 Capture130720165 Capture130720166 Capture130720167 Capture130720168

pour-le-confort-du-public-outre-la-securite-trois-ecrans_771968_516x343

Pour le confort du public, outre la sécurité, trois écrans géants et deux barres de son supplémentaires vont être installées. PHOTO/Photo Nathalie Amen-Vals

Quatre concerts, de vendredi à lundi, afficheront quasiment complet sur l’hippodrome. Le site a été repensé et l’organisation revue.

La première édition, l’année dernière, du « in dans le in », voulu par le maire Gérard Larrat sur l’hippodrome de la Fajeolle, fut un galop d’essai. En tant que tel, il a permis de tirer des enseignements et de revoir la copie pour la série de quatre concerts qui auront lieu de vendredi à lundi prochain. Le total cumulé des spectateurs devrait atteindre le nombre de 45 000 et, en ajoutant ceux du In et du Off, à la Cité comme en Bastide, propulser Carcassonne sur le podium du « top 5 » des festivals français en terme de fréquentation.

À grande foule, grands moyens. Deux parkings principaux et deux autres, dits de « délestage », pourront accueillir 3 500 véhicules en tout. Le flux de circulation, à l’arrivée comme au départ, sera géré pour que la totalité du site soit évacuée sous 45 minutes.

« Les choses seront gérées aussi bien, sinon mieux, que les rencontres sportives de l’Euro auxquelles j’ai pu assister. D’ailleurs, je dis aux parents qui pourraient avoir des craintes : laissez vos enfants s’amuser. Nous accueillerons à la Fajeolle 45 000 personnes en toute sécurité », dit le maire, Gérard Larrat. La sécurité pour cette édition 2016 passe par l’installation de huit portiques de détection et une fouille des sacs par des équipes mixtes de sécurité et une surveillance constante des parkings et des abords.

Afin d’éviter la « ruée » de l’an passé, les portes du site ouvriront à 14 h et l’accès à la « salle » à 18 h, sachant qu’un village du festival avec dix stands de nourriture locale et un bar de 50 mètres de long seront à la disposition des festivaliers. Bonne nouvelle : l’organisation a renoncé au paiement en jetons qui avait généré des files immenses en 2015. Par ailleurs, le public sera « trié » dès son arrivée et différencié par le port de bracelets de couleur selon le type de billet qui sera présenté au contrôle. « C’est ce que l’on appelle de l’optimisation », s’est félicité le directeur du festival Pascal Dupont.

 

Le programme : Rover, Lilly Wood & the Prick, Indochine, le 15 juillet, à 19 h. Tarifs : de 35€ à 55 €. Buzz, Frank Turner et Les Insus, le 16 juillet, à 19 h. Tarifs : de 56 € à 61 €. The Avener, Foals et Pharell Williams,  le 17 juillet, à partir de 19 h. Tarifs : de 49 € à 69 €. Lefa, Nekfeu et Maître Gims, le 18 juillet, à 19 h. Tarifs : de 47 € à 53 €.

voici-le-type-de-locomotive-a-vapeur-qui-devrait-fonctionner_771499_516x343

Voici le type de locomotive à vapeur qui devrait fonctionner en 2017.

La cheminée de la locomotive à vapeur fumera à nouveau lors de la prochaine saison touristique de 2017, sur la ligne Carcassonne à Quillan.

L e tourisme en haute vallée est désormais sur de bonnes voies. Jean-Paul Dupré, dé- puté-maire, Pierre Durand, le président de la communauté de communes du Limouxin, et Francis Savy, son alter ego pour les Pyrénées Audoises, ont établi de concert avec les différents responsables cheminots, un cahier des charges visant à la mise en place d’une ligne touristique reliant Carcassonne à Quillan.

  • Un premier tronçon en 2017

Une dernière réunion a réglé dans les moindres détails, l’élaboration du projet. Pierre Durand faisait remarquer: «Le chiffre d’affaires généré par le tourisme en haute vallée dépasse les 150 millions d’euros. Le train touristique doit représenter un atout supplémentaire dans le développement. La mise en avant des produits du terroir d’une part, élevage, fromages, produits viticoles, celui du patrimoine d’autre part, trouveront une visibilité supplémentaire grâce à ce nouveau moyen de communication».

  • Une ligne déjà existante

La ligne Carcassonne, Quillan bénéficie d’infrastructures déjà existantes. Il reste à déterminer le type de machine vapeur qui sillonnera la Haute Vallée. Dans ce domaine, le choix n’est pas encore arrêté et plusieurs modèles de locomotives ont retenu l’attention. Ce qui est acquis cependant, c’est le type des wagons nécessaires. En effet pour accompagner une machine ancienne, les touristes voyageront dans des compartiments des années soixante.

  • Le train du dimanche

Le quotidien des usagers de cette ligne ne sera pas perturbé ou modifié. Le train touristique devrait fonctionner les dimanches d’été, et le nombre de rotations s’effectuera en fonction du succès de l’opération. Parallèlement à la partie technique, la communication pour ce nouvel outil touristique doit faire l’objet d’une étude appropriée, essentielle pour la réussite d’une entreprise qui ne manque pas d’ambition.

 

Capture12072016 Capture120720161 Capture120720162 Capture120720163 Capture120720164 Capture120720165

Capture11072016 Capture110720161 Capture110720162 Capture110720163 Capture110720164 Capture110720165 Capture110720166 Capture110720167 Capture110720168 Capture110720169

Capture10072016 Capture100720161 Capture100720162 Capture100720163 Capture100720164 Capture100720165

REVUE DE PRESSE DU 1 au 8 JUILLET 2016

Capture08072016

Capture080720165Capture080720166Capture080720167Capture080720162Capture080720163Capture080720164Capture07072016 Capture070720161 Capture070720162 Capture070720163 Capture070720164 Capture070720165

Capture06072016 Capture060720161 Capture060720162 Capture060720163 Capture060720164

Capture050720161 Capture050720162 Capture050720163

Capture03072016 Capture030720161 Capture030720162 Capture030720163 Capture030720164 Capture02072016

Un 14-Juillet sous haute sécurité

capture02072016

David Proteau, directeur artistique, et Gérard Larrat, maire de la Ville, ont présenté l’organisation de ce 14 juillet./Photo DDM, Roger Garcia

Le traditionnel feu d’artifice du 14-Juillet débutera à 22 heures. Pour assurer la sécurité de cette semaine chargée, un dispositif de sécurité exceptionnel a été mis en place.

«Le feu d’artifice de Carcassonne est le premier de France !», assure Gérard Larrat, maire de Carcassonne. Cette fête nationale se déroulera le 14 juillet, à 22 heures précises. «C’est un événement majeur, qui exige un certain nombre de mesures de sécurité. Il ne faut pas s’affoler, car nous le gérons de façon parfaite», ajoute-t-il en souriant.

Chaque année, des centaines de milliers de personnes viennent assister à ce spectacle pyrotechnique exceptionnel. «C’est le spectacle français le plus connu. Les images de la Cité font le tour du monde. C’est une carte de visite incroyable», se réjouit David Proteau, directeur artistique des feux d’artifice Ruggieri. Ce dernier réalise des spectacles dans le monde entier. «L’objectif est que le public ne voie pas la complexité de sa réalisation, mais uniquement la magie», précise-t-il.

David Proteau est en charge du feu d’artifice de Carcassonne depuis plus de quinze ans. «L’an dernier, j’ai cédé ma place à un collaborateur. J’avais besoin de m’aérer pour me renouveler. Il faut sortir de l’ordinaire et être suffisamment créatif pour satisfaire un public exigeant». Il revient donc avec un thème novateur : les joyaux de la Cité. «Je vois la Cité comme un sublime décor, un écrin. Elle sera ornée de parures et de bijoux», décrit-il. Dix-sept grandes fresques seront présentées pendant vingt-cinq minutes. «La Cité sera en tenue de soirée, vêtue de différentes parures, de rubis, de rivières de diamants, de solitaires dessinés sur mesure, des bijoux fantaisies, et bien d’autres. Je veux présenter un show unique pour les amoureux de la Cité», annonce-t-il. Le feu sera également composé de cascades, d’un embrasement de couleur rouge rubis et d’un immense bouquet final. «Le 3e RPIMa sautera en parachute juste avant le feu d’artifice et un bal populaire prendra place sur la place Carnot, dès la fin du feu», rappelle Gérard Larrat.

Des moyens exceptionnels

Pour que la fête se passe dans les meilleures conditions, plus de deux cents personnels des forces de l’ordre seront mobilisés dès trois heures du matin, «dont des policiers nationaux et municipaux, des CRS, des gendarmes, des ASVP et les services de sécurité civile», déclare Yazid Laredj, adjoint délégué à la sécurité. La circulation sera interdite sur le Pont Neuf, car il accueillera le défilé et la cérémonie. Une base de retranchement sera installée sur Domec et un hélicoptère sera présent en cas de besoin. Il sera interdit de se garer aux abords et à proximité de la Cité, comme dans une vingtaine de rues. Étant donné que plusieurs événements ont lieu la même semaine, le centre-ville sera quasiment piéton du 12 au 16 juillet.

feu d’artifice

Le chiffre : 200

membres des Forces de l’ordre> Mobilisés. Un dispositif de sécurité exceptionnel sera déployé ce 14 juillet.

La Fraich’Attitude bénéficie à la Ligue contre le cancer

capture020720161

La manifestation «Fraich’Attitude» de cette année avait été un franc succès. Les fruits et légumes s’étaient entassés sur la fontaine de la place Carnot, et proposés à la vente. Il n’en resta rien, le 12 juin dernier. L’intégralité des revenus a été destinée au profit de la Ligue contre le cancer. C’est hier qu’un chèque de 3 100 euros a été délivré au président du Comité de l’Aude.

Cette somme sera répartie pour moitié à deux équipes de recherche labélisées sur le plan national. L’autre moitié a été distribuée à des équipes locales de Toulouse et de Montpellier. «En créant de l’animation, nous contribuons à l’aide à la recherche contre cette terrible maladie qui ne fait aucune distinction», a appuyé le maire de Carcassonne, Gérard Larrat.

Cadets de la défense : fin de stage pour la 4e promotion

capture020720162

La quatrième promotion des Cadets de la Défense s’est achevée hier à Palaja par la remise des attestations pour les trente jeunes adolescents qui, durant 9 mois, ont baigné dans l’univers militaire. Tous les mercredis après-midi, ces jeunes âgés d’une quinzaine d’années ont participé à des ateliers animés par des réservistes de l’armée de Terre. Au programme de cette formation : des ateliers de topographie ou comment lire une carte et se repérer sur le terrain.

Au cours de cette année, ces jeunes cadets ont également suivi des cours de secourisme et d’utilisation de défibrillateurs. Mais pas seulement. Durant ces mercredis, les jeunes ont également travaillé sur la question du devoir de mémoire. Et cette année oblige, les Cadets ont planché sur le centenaire de la bataille de Verdun.

A l’issue de ces neuf mois, les jeunes gens et jeunes filles participeront à une dernière semaine de stage composée d’activités militaires, dont une marche de 11 km, et à des activités qualifiées de civiles qui se dérouleront aux abords du lac de la Cavayère.

Initiée depuis 2013, l’opération des Cadets de la République connaît au fil des ans un succès grandissant. En 2015, dans le Carcassonnais, près de 250 jeunes ont souhaité y participer. La sélection devient, de fait, de plus en plus difficile. Déjà en place à Narbonne et à Carcassonne, une première promotion de Cadets devrait voir le jour à la rentrée à Castelnaudary.

En attendant, les cadets ont fini leur stage, devant leurs parents, par une prise d’armes.

 

La Dépêche du Midi