UN PETIT TOUR … SUR LE TOUR

Ce matin à 08h45 à l'ouverture du village départ

Ce matin à 08h45 à l’ouverture du village départ

Rencontre avec Monsieur Bernard Hinault

Rencontre avec Monsieur Bernard Hinault

Bernard Thevenet

Bernard Thevenet

Avec Richard Virenque consultant pour Eurosport

Avec Richard Virenque consultant pour Eurosport

Cérémonie officielle sur le podium du Village départ, de gauche à droite, Paul Escourrou, Yazid Laredj, monsieur Fortassin sénateur des hautes pyréne ées, Gérard Larrat, Christian Prudhome directeur du tour de France, Bernard Thévenet,André Viola, Louis Le Franc Préfet de l'Aude,et Bernard Hinault

Cérémonie officielle sur le podium du Village départ, de gauche à droite, Paul Escourrou, Yazid Laredj, Monsieur Fortassin sénateur des Hautes-Pyréne-
-ées, Gérard Larrat, Christian Prudhome directeur du tour de France, Bernard Thévenet, André Viola, Louis Le Franc Préfet de l’Aude  et Bernard Hinault

Thibaut Pinot signe la feuille d'engagement

Thibaut Pinot signe la feuille d’engagement

Arnaud Démare nouveau champion de France 2014

Arnaud Démare nouveau champion de France 2014

L'équipe quick stepp se prépare au départ

L’équipe  Omega Pharma Quick Step se prépare au départ

Kévin Reza de l'équipe Europcar précieux soutien de Thomas Voeckler dans l'étape d'aujourd'hui

Kévin Reza de l’équipe Europcar précieux soutien de Thomas Voeckler dans l’étape d’aujourd’hui

Avant le départ coup d'œil sur la gazette du tour à la FDJ

Avant le départ coup d’œil sur la gazette du tour à la FDJ

 Le Toulousain Jean-Christophe PERAUD  au départ de cette  16ième étape

Le Toulousain Jean-Christophe PERAUD au départ de cette 16ième étape

Daniel  Pautrat qui en son temps a remplacé Robert Chapatte, est sur le 101 ième tour de France

Daniel Pautrat qui en son temps a remplacé Robert Chapatte, est sur le 101 ième tour de France

Tous les arguments sont là, pour se remettre à la bicyclette....

Tous les arguments sont là, pour se remettre à la bicyclette….

Il est 10h50 le peloton va quitter Carcassonne....

Il est 10h50 le peloton va quitter Carcassonne….

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13990 SIGNATURES

Il était 17h30 précises quand les élus de la majorité du conseil municipal conduits par le Maire Gérard LARRAT sont arrivés à la Préfecture pour remettre les registres contenant les pétitions que 14000 Carcassonnaises et Carcassonnais ont signés en signe de soutien pour le maintien du troisième régiment parachutiste d’infanterie de marine dans notre Ville.

DSC_9835

Le Préfet a reçu la délégation complète dans son bureau de la préfecture en compagnie de son chef de Cabinet.

DSC_9844

Le Maire a rappelé le signal fort que représente cette pétition; Il a demandé à monsieur le Préfet de bien vouloir transmettre ses  registres au ministre de la défense;

Ces 14000 signatures démontrent si besoin l’était l’attachement viscéral des Carcassonnais pour leur régiment au delà des considérations économiques et  sociologiques.

DSC_9849

Monsieur le Préfet a déclaré que bien sûr, qu’il ferait parvenir ces pétitions en haut lieu, déclarant en outre que chaque fois qu’il a rencontré le ministre à Carcassonne il a rappelé l’importance du régiment pour garantir tous les équilibres sur notre ville.

Un nouveau registre sera sans doute maintenu dans le hall de la Mairie afin que ceux qui n’ont pu encore signer le fasse; On pourra toujours également utiliser internet.

 

JOURNEE NATIONALE DE LA MEMOIRE

Dimanche matin à 9h30 s’est déroulée sur la Stèle voisine du monument de la résistance une cérémonie consacrée à une journée nationale à la mémoire des victimes de crimes racistes et antisémites du régime de Vichy et d’hommages aux justes de France.

DSC_9794

DSC_9812Cérémonie à laquelle ont pris part les autorités civiles et militaires de la ville et du département de l’Aude puisque Le Chef de Cabinet de la préfecture représentant monsieur le Préfet de l’Aude, Monsieur le Maire de Carcassonne, les représentants du Conseil Général, du Conseil Régional de la Communauté d’Agglo ont déposé leur gerbe.

DSC_9795

Extraits du Message de  Monsieur Jean-Luc HALIMI Vice Président du CRIF Toulouse Midi-Pyrénées

M. Le Préfet, M. le Maire, M. le Représentant du Conseil l General, M. le Représentant du Conseil l Régional, Messie rs les représentants des Anciens Combattants et Résistants,

Mesdames et Messieurs,

Nous sommes aujourd’hui réunis à Carcassonne  pour honorer la mémoire de  toutes  les victimes des crimes racistes et antisémites de l ‘Etat Français sous le régime de Vichy ainsi que rendre hommage aux Justes du département de I ‘Aude qui  les ont secourus.

Dans la déclaration fondatrice de ce rendez-vous de la mémoire, le Président Jacques Chirac affirmait en 1995 « qu’i l est d difficile d’évoquer ces journées atroces de larmes et de honte, car ces  heures noires  souillent  a jamais  notre  Histoire. La  France,  ce jour-la, accompl issait  l’irréparable  ».

C’était il y a 72 ans, le  16 juillet 1942 a 4 heures du matin démarrait a Paris et en région parisienne  la rafle  du  Vélodrome  d’Hiver cyniquement  appelée  « Opération  Vent Printanier » donnant  le signal de la traque et de la déportation, à travers toute  la France de plus de 75000 juifs français et étrangers vers les camps de transit, avant le départ vers ce que les documents admi nistratifs français appelaient pudiquement  « une destination inconnue ».

Cette destination inconnue, c’était ces  camps  d’extermination  de masse,  d’Auschwitz, Chemno, Sobibor, Treblinka et tant d ‘autres, destination finale pour une « solution finale de la question juive » planifiée quelques mois plus tôt tors de la conférence de Wansee en janvier 1942, qui décidait alors de  « passer  l ‘Europe  au  peigne  fin afin  d ‘en  éradiquer jusqu’au moindre de ses Juifs ».

Le génocide a l ‘échelle industrielle des Juifs, tout comme celui de nos frères Tsiganes, homosexuels ou handicapes constitue une rupture absolue de l ‘Histoire parce qu’il a mis en œuvre l’élimination scientifique et systématique de tout un peuple et de certaines catégories sociales, décrétées indignes de vivre dans l ‘espace nazi.

Ainsi nous dit le Professeur Ady STEG dans son terrible constat : « La persécution contre Les Juifs, ce sont des bureaux d ‘étude, des architectes, des ingénieurs, des entrepreneurs, des gendarmes, des hommes d ‘affaires, des transporteurs, des grands services de l ‘Etat, des ouvriers, des chercheurs, autant que des SS ». C’est un système global scientifique , atrocement rigoureux, connu comme une abominable souricière pour qu’aucun Juif ne puisse s’échapper

Le bilan de ce crime est incommensurable : 75721 Juifs , hommes, femmes,  vieillards  et enfants furent déportes, et parmi eux seuls  2560 survécurent à la déportation.

Notre région ne fut malheureusement pas épargnée par cette abomination et notre pensée est tournée en ce jour   :

-vers les 62 internés du camp de Bram transfères à Drancy le 24 Aout 1942 par  le sinistre 5eme convoi de transfert des juifs la zone libre vers la zone  occupée  et auxquels  s’ajoutèrent  les 90 membres du  groupe dit de travailleurs étrangers de Lagrasse transférés de la gare de Bram  pour rejoindre ce sinistre convoi qui arriva le  25  Aout  1942 à  9h 13 à Drancy, ultime  étape  avant  la destination finale d’Auschwitz dans les jours suivant

-vers les 172 juifs du département de I’Aude victimes de la grande raflle du 26 Aout 1942 qui  conurent  le  même  trajet  de  Bram  à Drancy  et le  même  destin,  tout comme  ceux  arrêtés  et  transférés  dans  les  autres  cam ps  de  la  région   comme Rivesaltes ou Gurs

Et pourtant malgré le travail inlassable de mémoire , et !’engagement militant de tous  des défenseurs  de la République et de la Démocratie, a-t-on véritablement tire les  leçons  de  la Shoah ?

Ce souci de la transmission de la Vérité historique et du devoir de Mémoire auquel  nous sommes tellement attaches reste pour nous un impératif  catégorique  moral  universel et un devoir r social et politique citoyen car, selon la terrible formule d ‘Elie WIESEL « le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l ‘oubli ».

Car dire la Vérité, c’est raconter aussi le courage admirable de toutes celles et de tous ceux qui ont su d ire non  a la soumission, qui ont su rester  debout et dignes, en  harmonie  avec leur conscience.   Car  en  cet  été  tragique   s’organise   immédiatement   et  clandestinement   le mouvement de solidarité active d’une partie  de  la  population  française avec  les  persécutés Juifs et contribue a la survie de près des trois-quarts des Juifs

Alors permettez-moi  , aujourd ‘hu i de rendre hommage a ces 27 hommes et femmes d’honneur et  de  courage  de  ce  département  de l ‘Aude,  a  qui  le  Centre  Yad  Vashem  de  Jérusalem  a décerné le titre de Juste des Nations :

  • Eugene et Marie-Jeanne BASTOUIL, de Saint Marti n Lalande q i ont aide et sauve Mme Suzane Levy et son fils Pierre
  • Juliette BAZILLE de Carcassonne qui a aide et sauve la famille Dreyfus
  • Lucien et Agnès BERTRAND du vi llage de Lagrasse qui ont aide et sauve Paula Tattmar Niger et Martin Tattmar
  • Daniel le CHAMANT et Jean ROTY  de Carcassonne qui ont aide et sauve Mme Nicole Klein
  • Pauline et Antonin COSTES et Julliette REY (née COSTE) du village de Puginier prés de Castelnaudary qu i ont aide et sauve la famille Levy
  • Etienne et Henriette DES  , Marius et Philippine  DES, Marie PECH, du village d’Arzens, qui ont aide et sauve Madame Liliane Wolkowitch , Madame Rachel Birenbaum , Monsieur Gaston  Zimnowicz
  • Marcel et Louise DRUGY du village de Belvis qui ont aide et sauve la fam ille Lion
  •  I ‘Abbé  Albert  GAU de Carcassonne  qui  a  aide  et  sauve des dizaines  de juifs  adultes, jeunes  et enfants
  • Paul et Marie GRÜDNDRICH du village de Salleles d’Aude qui ont aide et sauve Madame Sylvia Rottenberg
  •  Louis et Helene  GUILHEM  du  village d ‘A lzonne  qui  ont aide et sauve M. Benjam i n Karcher
  • Achille et Alphonsine HENRI de Carcassonne pour avoir aide et sauve des juifs en 1941
  • Germaine ROUSSET et Gérard PERSILLON commissaire de police à de Limoux qui ont aide et sauve Mme Perla Nu nez
  • Marie-Louise VERNUSSE  et Jeanne VERNUSSE  du  village de Montferrand  pou r avoir aide et sauve mesdames Marti nez et Cousty

Ces Justes parmi les Nations sont un signe d’espoir et une leçon exemplaire de dignité et d’honneur pour l’avenir.

Je tiens après ces quelques  mots et pour conclure a remercier la ville de Carcassonne ainsi naturellement  que la Préfecture de I’Aude, pour leur accueil chaleureux et leur très haut niveau d ‘implication et de motivation démontrée chaque année pour l’organisation de cette manifestation.

DSC_9801

Message de monsieur Kader ARIF, secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants et de la mémoire

Il y a plus de 70 ans, les Parisiens étaient les témoins de crimes abjects.

La «rafle du Vel d’Hiv» des 16 et 17 juillet 1942 au cours de laquelle 13 152 Juifs furent arrêtés par la police française a laissé une marque indélébile dans notre mémoire nationale.

Marque d’horreur mais aussi de honte. Oui de honte, car c’est sur ordre de l’Etat français que cesJuifs ont été humiliés et enfermés. Et c’est avec la complicité de l’Etat français qu’ils ont été déportés vers les camps de la mort.

A travers les raflés du Vel d’Hiv, c’est aux plus de 75 000 Juifs de France arrêtés entre 1941 et 1944 que nous pensons. 75 000 Juifs déportés vers les camps où la mort les attendait presque toujours. 75 000 hommes, femmes et enfants, dont à peine 2 500 rentrèrent. 75 000 hommes, femmes et enfants parmi les plus de 5 millions de Juifs d’Europe victimes, comme eux, du système d’extermination nazi.

2014 est le 70 ème anniversaire de la libération de la France; mais cette année commémorative ne peut et ne doit oublier qu’en 1944 encore, des femmes, des hommes et des enfants étaient destinés à subir « la solution finale » mise en oeuvre par les nazis.

Du 21 au 25 juillet 1944, il y a tout juste 70 ans, avait lieu la dernière grande rafle ; 250 enfants hébergés dans les maisons de l’Union générale des israélites de France étaient arrêtés.

Le 23 juillet 1944, l’armée rouge libérait le premier camp : Maidanek, près de Lublin en Pologne. Il restait que peu de déportés la plupart d’entre eux ayant été transférés vers Auschwitz.

Le 17 août 1944, sept jours avant la libération de Paris, des déportés quittaient Drancy dans le convoi n° 79.

C’est tout cet innommable que la cérémonie du Vel d’Hiv nous fait partager. Enseigner cette Histoire, c’est l’enseigner dans sa vérité, dans sa justesse et dans sa brutalité. C’est enseigner la France telle qu’elle a été, avec ses bourreaux et ses héros. Héros anonymes comme tous ces Français qui permirent de sauver plus de trois juifs sur quatre dans notre pays, comme ces Justes qui constituèrent de véritables chaînes de solidarité.

Combien furent-ils à se battre avec pour seules armes leur conscience, leur courage, leur humanité ? Plus de 3 760 sont aujourd’hui recensés. Davantage, sans doute. Et combien de vies ont-ils sauvées ?

Dans l’adversité, ils ont été prêts à donner leur existence pour préserver celle d’un autre, qu’ils ne connaissaient pas mais qui aurait pu être un parent, un ami, un voisin, tant il leur ressemblait, tant il était eux.

A force d’abnégation et de foi en l’humanité, ces Justes parvinrent à sauver des milliers de personnes dont 80 % des enfants dont ils eurent la charge.

Tout comme les Résistants ont su garder vivante la flamme du pays de la Liberté, les Justes de France, par leur courage, ont rendu l’honneur au pays des Droits de l’Homme.

Ces engagements courageux et entiers doivent élever nos consciences à la compréhension de ce que la haine de l’Autre est capable d’engendrer.

Aucun silence ne doit taire une telle tragédie. Car se taire, c’est accepter. Le seul silence qui vaille est celui du recueillement que le souvenir de la rafle du Vel d’Hiv nous impose. Un silence entrecoupé de quelques mots parfois pour rappeler les faits. Pour que plus jamais personne ne connaisse de telles souffrances.

Les événements sont à la fois riches d’enseignements et porteurs de sens. Par peur, par ignorance souvent, par égoïsme parfois, certains choisirent la soumission, le repli sur soi, le rejet de l’Autre.

Certains choisirent la voie du pire et collaborèrent. La plupart ont laissé faire. D’autres en revanche prirent le risque de s’opposer, au nom de la Justice, au nom de la Liberté, au nom d’une certaine idée de la France. Ils connaissaient l’enjeu, ils en connaissaient le prix.

Beaucoup l’ont payé.  Ne les oublions pas.

 

LE TROIS : DECISION PAS AVANT SEPTEMBRE ?

DSC_9389
Le blog :ZONE MILITAIRE :  opex 360.com publie l’article ci-dessous
Défense : Les nouvelles restructurations seront annoncées en septembre
La liste des unités appelées à disparaître dans le cadre de la suppression des 23.500 postes prévue par la dernière Loi de programmation militaire (LPM) était attendue pour la fin juillet… Il faudra finalement attendre quelques semaines de plus, c’est à dire septembre, pour la connaître.

« Les annonces de réorganisation concernant 2015 seront faites en septembre, comme l’année dernière », a en effet affirmé Pierre Bayle, le porte-parole du ministère de la Défense (le patron de la DICoD) lors du point de presse hebdomadaire. « Des travaux complémentaires sont nécessaires et continueront d’être menés pendant l’été », a-t-il expliqué.

La décision de dissoudre un régiment ou une base aérienne dépend de plusieurs facteurs. Il faut éviter de porter atteinte à l’efficacité des forces (ou le moins possible) tout en étudiant l’impact sur la vie économique locale de la disparition d’une garnison, en fonction des restructurations menées antérieurement par d’autres ministères. Bref, ce n’est pas simple…

En octobre dernier, le ministre de la Défense avait annoncé la dissolution et le transfert de plusieurs unités concernant notamment les bases aériennes de Châteaudun, Luxeuil, Dijon ou encore de Drachenbronn. Même chose pour l’armée de Terre, avec la fermeture du 110e Régiment d’Infanterie (RI) et du 4e Régiment de Dragons, remplacé à Carpiagne par le 1er Régiment Étranger de Cavalerie.

L’on sait que l’armée de Terre perdra encore deux régiments (conformément aux recommandations du Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale de 2013, elle devra se passer de l’équivalent d’une brigade interarmes), dont un d’artillerie et un d’infanterie.

Parmi ceux qui sont les plus souvent cités pour connaître ce sort, l’on trouve le 3e RPIMa de Carcassonne (même si le ministre, Jean-Yves Le Drian, avait indiqué, en novembre 2013, à ses personnels qu’ils n’avaient pas de souci à se faire), le 21e RIMa de Fréjus, le 126e RI de Brive ou encore le 152e RI de Colmar. Pour l’armée de l’Air, la base aérienne 102 de Dijon est dans le collimateur : elle a perdu ses avions (les Alphajet du Côte d’Or) et le Commandement des forces aériennes, pourtant récemment arrivé en Bourgogne, rejoindra Bordeaux. L’on en saura donc plus  en septembre.

IL NE FAUT SURTOUT PAS SE DEMOBILISER…

affiche III321

CEREMONIE DU 14 JUILLET 2014

Enormément de monde ce matin de 14 juillet  ou entre soleil et crachin la prise d’armes marquant la fête Nationale s’est déroulée  au square Gambetta.

Cette cérémonie a revêtu un caractère très particulier , dans un climat chargé d’émotion, ou dans toutes les têtes  s’est sans doute posé la même question, le trois sera-t-il présent pour les cérémonies du 14 juillet 2015.

En tous cas c’est un public très nombreux et chaleureux qui a longuement applaudi les hommes du trois et de la base de défense lorsque ceux-ci ont défilé autour du square Gambetta

La cérémonie s’est déroulée de la façon suivante

10h20 :Mise en place des autorités.

10h30 :Prise d’armes–SquareGambetta -Accueil des autorités civiles et militaires par le Commandant des Troupes, -Honneur au Drapeau, -Revue des troupes, -Remise de décorations,

11h00 :Fin de la prise d’armes et mise en place du défilé.

11h20 :Défilé des troupes.

11h45 :Fin de la cérémonie.

12h00 : Vin d’honneur dans les Jardins du Musée (ouvert au public).

A cette occasion plusieurs remises de décoration ont eu lieu.

Les lieutenants colonel Thierry Boutereau et Frédéric Etienne ainsi que le chef de bataillon Fabien Evesque ont reçu les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur,

Les adjudant-chef, Francisco Biedma et Ghislaine Sanchez ont reçu la Médaille Militaire,

Le Commandant Philippe Marchal, l’adjudant chef Patrick Sendra, et Monsieur Antoine Romero ont été faits Chevalier dans l’Ordre National du Mérite,

La Croix de la valeur Militaire avec étoile de bronze a été remise au Chef de Bataillon Sébastien Berger,

Les Douaniers Yann Harnois, Emanuel Moidron, Stéphane Ribere et Jean-Luc Damestoy ont reçu la Médaille d’argent de la sécurité intérieure.

La Prise d’Armes en images

Verra-t-on les hommes du trois pour le 14 juillet 2015

Verra-t-on les hommes du trois pour le 14 juillet 2015

 

Comme ceux de la base de défense

Comme ceux de la base de défense

 

Le détachement des sapeurs pompiers et de la sécurité civile

Les détachements des Sapeurs Pompiers et de la Sécurité Civile

 

Le détachement de la Croix Rouge Française

Le détachement de la Croix Rouge Française

 

Un détachement du peloton motorisé de la Gendarmerie Nationale

Un détachement du peloton motorisé de la Gendarmerie Nationale

Le Lieutenant Colonel  chef de corps du trois vient de passer les troupes en revue

Le Lieutenant Colonel Jean-Côme Journé chef de corps du trois vient de passer les troupes en revue

 

L'Arrivée du Drapeau du Troisième Rpima et sa garde

L’Arrivée du Drapeau du Troisième Rpima et sa garde

Arrivée des Autorités Civiles et Militaires

Arrivée des Autorités Civiles et Militaires

Côte à Côte ,deux associations, "les anciens du trois et l'Union Nationales des parachutistes

Côte à Côte ,deux associations, « les anciens du trois et l’Union Nationales des parachutistes

DSC_9697

Remise de décoration

Remise de décoration

 

 

Le Préfet Louis le Franc et le Maire Gérard Larrat

Le Préfet Louis le Franc et le Maire Gérard Larrat

Les Elus du Conseil Municipal dans la tribune

Les Elus du Conseil Municipal dans la tribune

Les récipiendaires des décorations pendant le défilé militaire

Les récipiendaires des décorations pendant le défilé militaire

Les hommes du trois  derrière leur drapeau et leur Chef de Corps

Les hommes du trois derrière leur drapeau et leur Chef de Corps

La base de défense

La base de défense

Le détachement de la Marine Nationale

Le détachement de la Marine Nationale

Les sapeurs Pompiers et la Sécurité Civile durant le défilé motorisé.

Les sapeurs Pompiers et la Sécurité Civile durant le défilé motorisé.

DSC_9785 DSC_9781 DSC_9773

TROIS MILLE…..

Ce sont prés de 3000 signatures qui ont été recueillies ce matin sur le marché, portant ainsi à près de 13000 ( internet plus registre mairie) le cumul des soutiens manifestés..

Merci à tous celles et tous ceux qui se sont déplacés pour soutenir le « trois »

Merci  à toutes celles et à tous  ceux qui se sont mobilisés pour que cette journée soit un succès: personnel mairie, équipe de bénévole, et élus de la majorité municipale;

Merci aux anciens du trois à son amicale et à l’UNP (union nationale des parachutistes) pour leur aide et leur présence.

Autant dire que l’opération « pétition » mise en place par la municipalité de Carcassonne a remporté un succès franc et massif.

Dès 8h45 ce matin et  jusqu’a 13h15, c’est une file ininterrompue qui a patienté derrière les registres de la pétition pour signifier leur soutien marquant ainsi  la volonté de voir le troisième RPIMA rester à Carcassonne;

« Si la pétition ne suffit pas il ne faudra pas hésiter à aller plus loin » nous on dit beaucoup signataires;

« il faut que Carcassonne garde le trois « c’est une question de vie ou de mort »;

« Il faut faire comme les bonnets rouges bretons pour avoir gain de cause, nous serons derrière vous »

Tous ces propos recueillis, ne sont pas sorti de la bouche de personnes « habituellement agitées » comme on pourrait le croire, mais au contraire d’habitants posés et équilibrés qui ne veulent pas perdre notre régiment qui fait parti aujourd’hui du patrimoine de la ville.

Tous le monde est venu… ou presque, car il n’est plus question de considérations politiques mais d’un véritable enjeu pour l’avenir non seulement de la ville , mais aussi pour celui de l’agglo voire du   département;

C’est un véritable enjeu  aussi pour assurer l’équilibre sociologique de Carcassonne et de ses environs.

Bref tout le monde aura compris que les Carcassonnaises, les Carcassonnais et les habitants de l’agglomération ne se laisseront pas faire sur ce sujet aussi vital pour eux même et pour leur enfants.

Carcassonne est en pays cathare « nous venons de commencer une nouvelle croisade »

Isabelle Chesa

Le reportage photo de cette matinée

8H45 les premières signatures sont recueillies

8H45 les premières signatures sont recueillies

09h00 De plus en plus de monde autour de la tante du 3

09h00 De plus en plus de monde autour de la tente du 3

Une file ininterrompue pour signer les registres

Une file ininterrompue pour signer les registres

MARCHE

les maires des communes voisines sont venus parapher les registres

les maires des communes voisines sont venus parapher les registres

DSC_9582

Tôt ce matin,Le président de l'Agglo Régis banquet et son épouse en conversation avec le colonel Lhuillier

Tôt ce matin,Le président de l’Agglo Régis Banquet et son épouse en conversation avec le colonel Lhuillier

10h00 Isabelle Accueille place Carnot le Maire Gérard Larrat, le député Perez accompagné de Régis Banquet et du conseiller Régional Henry Garino

10h00 Isabelle Accueille place Carnot le Maire Gérard Larrat, le député Perez accompagné de Régis Banquet et du conseiller Régional Henry Garino

Gérard Larrat en conversation avec Jean François Lhuillier

Gérard Larrat en conversation avec Jean François Lhuillier

Toujours du monde pour aller signer

Toujours du monde pour aller signer

"Recueil et accueil"

« Recueil et accueil »

Il na faisait pas tres chaud mais la bonne humeur était de mise.

On a du installer des registres à l’extérieur  pour réduire les attentes ;Il ne faisait pas tres chaud mais la bonne humeur était de mise

 

"L'union sacrée" pour la signature

« L’union sacrée » pour la signature

Gérard Larrat au micro de "France inter, France Info"

Gérard Larrat au micro de « France inter, France Info »

La Presse Quotidienne Régionale a accompagné cette matinée.

La Presse Quotidienne Régionale a accompagné cette matinée.

 

L'équipe Municipale était présente

L’équipe Municipale était présente

DSC_9587

DSC_9586

DSC_9581

DSC_9620

affiche III321

Voir reportage tv Carcassonne http://www.tvcarcassonne.com/